Le Soutien Logistique Intégré, c’est quoi ?

Le Soutien Logistique Intégré (SLI) a pour objectif d’assurer le Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) d’un système technologique complexe en phase d’exploitation.

 

Qu’est-ce que le Maintien en Condition Opérationnelle?

Le MCO désigne l’ensemble des mesures prises afin de rendre le système disponible dans ses conditions d’utilisation.

Il regroupe à la fois le remplacement des pièces défectueuses, le diagnostic des pannes, la formation du personnel, la documentation technique…

Le SLI vise à influencer la définition du système principal pour obtenir une meilleure disponibilité opérationnelle, tout en maîtrisant le coût global de possession.

 

Qu’est-ce que le coût de possession ?

Le coût global de possession représente le coût cumulé d’un produit tout au long de son cycle de vie, depuis sa conception jusqu’à son démantèlement. Le cycle de vie d’un véhicule militaire est au minimum de 30 ans.

Il prend en compte le coût d’acquisition du produit, mais également toutes les dépenses après achat (maintenance, rechanges, mise à jour, installation, tests…).

Le coût d’achat ne représente finalement que 30 % environ (au maximum) des dépenses totales comme on peut le voir sur le schéma ci-dessous.

La métaphore de l’iceberg est la plus parlante pour bien comprendre la notion de coût de possession.

Faire du SLI revient souvent à modifier la façon de développer son système en matière d’organisation, de planification et de priorisation de tâches, de sorte que les contraintes portant sur la maintenance, la fiabilité, le coût global de possession futur et les éléments du soutien soient formellement pris en considération au même titre que toute autre performance du système principal.

L’objectif final du SLI est de développer le système de soutien, qui doit être le plus adapté possible au système opérationnel, comme le montre le schéma ci-dessous.

Cela explique la raison pour laquelle le soutien est développé dès le début de la phase de conception d’un véhicule.

 

Et au quotidien, le Soutien Logistique Intégré ?

Pour être précis, je pratique le métier d’ASL (Analyse du Soutien Logistique), qui est une composante du SLI (l’ensemble des métiers du SLI figure dans le schéma ci-dessous). L’objectif de mon métier est de constituer une BASL (BAse de données du Soutien Logistique).

 

Quel est le principe de l’ASL ?

L’ASL consiste à étudier le véhicule dès sa phase de conception grâce aux données d’entrée fournies par le bureau d’études, à savoir :

  • Une liste de pièces complète du véhicule et rangée par fonction.
  • Des maquettes 3D du véhicule.

A partir de là, je sélectionne les éléments du véhicule qui seront concernés par une opération de maintenance. Je créé donc une liste de pièces qui me servira de base pour la suite, on appelle cela une arborescence logistique.

Une fois cette première étape réalisée, nous passons à la LIPC (Liste des Interventions Préventives et Correctives). Comme son nom l’indique, il s’agit d’un document regroupant toutes les opérations de maintenance pouvant être réalisées sur le véhicule.

Pour chaque opération, elle détaille :

  • La procédure technique : ce sont toutes les sous-tâches à réaliser pour compléter le tâche (par exemple : ouverture du capot, vidange…).
  • Les temps de maintenance.
  • Les outillages/infrastructures/ingrédients à utiliser.
  • Le nombre d’opérateurs.
  • La qualification des opérateurs (mécanicien, électricien, frigoriste…).

L’arborescence logistique additionnée à la LIPC constituent la BASL mentionnée ci-dessus.

Lorsque la BASL est renseignée, nous passons à la partie test sur les prototypes : cela permet de valider ou non les procédures de maintenance. En général, le véhicule sur lequel nous travaillons est à notre disposition pendant plusieurs semaines. Nous pouvons donc dérouler toutes les procédures prévues dans le planning.

Enfin, nous reprenons notre BASL pour la mettre à jour avec ce que l’on a vu durant les essais.

Il est important de se rendre compte, qu’au vu de l’évolution permanente de la définition des véhicules, nous réalisons beaucoup de mises à jour. Une tâche de maintenance validée depuis 5 ans peut tout à coup devenir obsolète.

 

Interactions avec les autres métiers

Le service ASL est au carrefour de tous les autres métiers du SLI. De ce fait, j’ai beaucoup d’interactions avec ces différents services :

  • Le service outillage, à qui je transmets mes besoins d’outils via une interface interne à l’entreprise.
  • Le service maintenabilité qui vérifie que les procédures que j’ai imaginé sur les maquettes 3D sont réalisables.
  • Le service documentation technique, qui utilise ma BASL comme donnée d’entrée pour rédiger le plan de maintenance.
  • Le service testabilité, qui gère la partie diagnostic de panne sur le véhicule.

 

Pour finir, nous traitons également avec les autres métiers qui travaillent sur le véhicule :

  • Le bureau d’études, principalement pour vérifier que leurs modifications de conception n’impactent pas nos tâches de maintenance (ce qui arrive très souvent).
  • Les maintenanciers à l’atelier qui représentent une aide technique primordiale.
  • Les achats pour la gestion des fournisseurs de pièces de rechanges.

Le Soutien Logistique Intégré est un métier extrêmement varié de par ses missions et ses interactions.